Mal être adolescent : les solutions pour agir

Certains parents se sentent perdus face aux comportements de leurs adolescents. Isolement, troubles de l’humeur, hypersensibilité, anxiété, tristesse, ou même dépression : pour savoir comment agir face au mal être qui peut ronger votre adolescent, je vous livre les clés qui vous accompagnent.



Mal être adolescent : des solutions pour agir
Mal-être adolescent : les solutions pour agir - Elisabeth Spertino Thérapeute Draguignan


Repérer les signes de mal être chez un adolescent


La réaction face au changement

Il est fréquent qu’à la suite à certains événements (maladie ou décès d’un proche, séparation des parents, déménagement…), un adolescent manifeste durant quelques semaines ou parfois quelques mois, des troubles liés à un mal être. Dans ces situations, maintenir le dialogue est essentiel, mais il n’est toutefois pas nécessaire de s’inquiéter de façon trop importante. Gérer les changements peut se faire de façon plus ou moins rapide selon la personnalité. Vous pourrez ici accompagner et aider votre adolescent en l’aidant à exprimer son inquiétude et à le rassurer.


Les signes physiques et psychologiques

S’il est tout à fait normal que votre adolescent teste les limites, et qu’il se rebelle, certains signes doivent cependant vous alerter. Ces signaux de mal être chez l’adolescent sont en général assez visibles, à condition de faire preuve d’observation. Un adolescent qui va mal peut tout d’abord refuser de s’alimenter. Il dort mal, et peut avoir tendance à négliger son apparence, voire à le maltraiter, via l’automutilation, ou une consommation de drogues ou d’alcool.


Mais ce mal être peut également s’exprimer dans ses relations aux autres. Ainsi, un adolescent qui va mal a tendance à se replier sur lui-même, à s’isoler. Il se montre agressif avec les autres, évite les sorties et se désintéresse des activités qu’il aimait autrefois.


Mal-être adolescent : les solutions pour agir - Elisabeth Spertino Thérapeute Draguignan

Le mal être chez l’adolescent peut également s’exprimer par des troubles de l’humeur, une hypersensibilité, un mutisme, ou une exaltation parfois extrême. Cette sensation de mal être peut également se manifester par une alcoolisation importante, une hyper sexualisation, ou des conduites ordaliques.

Les signes de mal être peuvent enfin se répercuter dans les apprentissages. Si votre adolescent se désinvestit à l’école, qu’il a soudainement de mauvais résultats, qu’il est en décrochage, qu’il sèche souvent les cours, cela peut être le résultat de son mal être.


Comment réagir pour calmer le mal être chez l’adolescent ?

L’objectif, c’est d’y aller en douceur, pour ne pas que votre adolescent se sente étouffé. Si vous voyez qu’il s’isole, allez vers lui afin de lui poser des questions. Ne faites pas comme si de rien n’était : votre enfant doit sentir qu’il n’est pas seul. L’essentiel, c’est véritablement de ne pas trop attendre si vous avez un doute. En effet, plus vous attendez, plus votre adolescent pourra s’installer dans une conduite destructrice pour lui. Attention toutefois : si vous voyez que le contact est difficile, voire impossible, qu’il se renferme encore plus en votre présence, et que chaque tentative de discussion mène à un conflit ou à un dialogue de sourds, l’aide d’une tierce personne devra être envisagée afin de guérir ce mal être. Je vous parle de cette solution un peu plus bas.


Vous pouvez également interroger les adultes qui côtoient votre adolescent, afin de savoir comment il réagit en leur présence : professeurs, entraineur sportif… N’hésitez également pas à aller questionner les amis de votre adolescent et leurs parents. Demandez-leur comment ils trouvent votre enfant des derniers temps, s’ils ont noté des changements dans son comportement. La plupart du temps, un adolescent qui se sent mal donne des signes autour de lui, qui varient en fonction des personnes qu’il côtoie. En regroupant les diverses informations auprès des enseignants, des amis, et des autres parents, vous devriez y voir plus clair dans ce qui a changé chez lui, et à cerner le problème avec plus de facilité.

Intéressez-vous à votre adolescent, sans être toujours derrière lui : montrez lui que vous lui faites confiance, afin qu’il prenne davantage d’assurance, sans oublier d’instaurer des limites.


Inciter votre adolescent à se confier

Là encore, il est essentiel de ne pas brusquer l’adolescent. Laissez-le prendre son temps pour vous expliquer ce qui ne va pas, ce qu’il ressent. Pour l’inciter à se confier, vous pouvez organiser une soirée en tête à tête au restaurant ou dans un lieu qu’il affectionne. Partez en week-end avec lui, ou pratiquez une activité qu’il aime afin de l’inciter à baisser la garde. L’idée, c’est de vous rapprocher de lui en douceur. Lorsque votre adolescent trouve la confiance pour vous parler, vous devez l’écouter, ne pas vous énerver, ni perdre patience, et toujours tenir compte de ses points de vue : grâce à ces clés, vous arriverez à maintenir une relation saine. L’objectif, c’est de véritablement aller vers une conversation honnête et ouverte. Soyez prêt à discuter des choses dont il souhaite vous parler. Réfléchissez aux sujets qu’il pourra d’aborder (relations amicales, sexualité, alcool…) pour être prêt à lui répondre s’il a des interrogations. Ne le jugez pas, écoutez-le et épaulez-le.


Mal-être adolescent : les solutions pour agir - Elisabeth Spertino Thérapeute Draguignan

L’aide d’un psychothérapeute pour calmer le mal être chez l’ado

Puisqu’il peut être difficile de trouver les bons mots pour rassurer votre adolescent, et lui permettre de comprendre ce qui ne va pas, l’accompagnement d’une tierce personne peut parfois être utile. Le psychothérapeute peut alors rencontrer l’adolescent seul fin de faire le point avec lui sur le mal être qu’il ressent, et l’impact que cela peut avoir sur lui et ses relations aux autres. Une thérapie permettra en effet à l’ado d’exprimer et de découvrir les raisons de son anxiété. Le psychothérapeute offre une écoute bienveillante et pourra vous éclairer sur la conduite à adopter avec lui au quotidien.

Par ailleurs, il est essentiel de garder en tête que se confier à ses parents peut parfois être difficile pour certains adolescents. Le dialogue avec une personne étrangère est souvent plus libéré, et permettra à votre enfant de se confier sur ce qui lui arrive. Le psychothérapeute et l’adolescent verront ensuite ensemble comment parler du problème avec les parents de façon plus sereine.


24 vues